Bannière officielle février 2015

Article 2 : Making-of de la couverture "Du bruit dans les tuyaux".


 

Bonjour, nous nous retrouvons pour un nouvel article lié au monde Dans le Ventre de la Terre. Aujourd’hui, je vais vous parler de la couverture de la nouvelle, « Du bruit dans les tuyaux », prélude du roman Dans le Ventre de la Terre. Ce billet est constitué d’un commentaire, d’une vidéo et de la source des modèles dont je me suis servie. J’espère que le sujet vous plaira et surtout que la vidéo qui dévoile ainsi mon travail sur la couverture vous donnera envie de me lire.

Wheelgear

C’est une première pour moi de lancer Photoshop dans l’optique de réaliser une 4e de couverture de A à Z. C’était un besoin (explorer les facettes de ce logiciel qui dort dans mon ordinateur depuis très longtemps, une dizaine d’années en gros) et un plaisir (pour changer de la correction qui n’est définitivement pas « mon truc »). Manipuler des images demande du temps, de la patience, de l’énergie, mais alors quel plaisir en retour ! Même si vos impressions comptent, que j’en aie besoin pour continuer dans mes idées farfelues, il y a dans cette mission un plaisir immédiat. Pas d’attente que quelqu’un vous lise, ou quand on réalise un film, d’attendre la fin de la séance de voir si l’on va vous applaudir ou juste partir. (très mauvais signe, quoique rare pour des questions de respect)

Wheelgear

Ici, j’ai créé au fil des calques ma petite couverture, peut-être sera-t-elle la seule. Il n’est pas prévu d’auto-édition pour tous mes autres projets, entendons-nous bien, j’aime l’auto-édition, mais je suis blogueuse depuis trop longtemps pour ne pas ignorer le confort de remettre mon manuscrit à une maison d’édition sérieuse. Les deux sont à vivre ! Et je souhaite vivre les deux. Dans le cas précis de ma nouvelle, nous sommes dans de l’auto-édition, ce qui me permet ce genre de libertés. C’est mon choix. J’ai conscience que vous avez l’œil averti à force de regarder les couvertures réalisées par des illustrateurs dont c’est le métier et que je dois vous paraître bien novice. Toutefois, je me suis investie durant des mois pour un rendu qui me semble correct et qui me plaît.


 

 

 


I/ J’ai donc commencé par faire un brouillon, dans tout ce que j’entreprends qui est lié aux images, j’esquisse mon souhait. Je ne montre pas cette partie-là de mon travail, car je ne sais pas dessiner et ce billet n’est pas prévu pour montrer à quel point je ne suis pas douée en dessin. J’aurais voulu savoir dessiner. Ce n’est pas grave, d’autres le font si bien.

Wheelgear

Ainsi, d’après mon brouillon j’ai fait ma recherche d’images, payé les droits pour certaines et veillé à avoir que de grands formats. Ce n’est pas le cas pour toutes malheureusement, mais ce n’est pas bien grave (je pense au tissu). Je me suis attaquée ensuite au fond. Le nombre de calques est impressionnant pour créer le papier peint, j’ai pris un petit morceau de la photographie d’Andrey Kiselev et je me suis « amusée » à coller les bandes une par une, dans un souci de symétrie. La galère ! Il est rare de nos jours de coller du papier peint comme celui-ci, je suis admirative de ceux qui par le passé ont dû poser sur leurs murs du papier peint à motifs compliqués.


 

Conception du papier peint

 

 

 

II/ Une fois le fond terminé, je me suis attaquée à un second fond cette fois pour accueillir le résumé de la nouvelle. Il s’agit d’un tissu noir comme celui que porte la femme sur la couverture. Je sais que vous ne le voyez pas, je le constate, la couverture terminée et imprimée, la texture du tissu a disparu. Ce n’est pas bien grave. Je vous le dis ici, car la 4e de couverture a été pensée selon deux thèmes : la couture (travail de l’héroïne) et les tuyaux, les engrenages (steampunk et clin d’œil au titre) Je trouve en plus que l’engrenage fait penser à la grande roue à Paris.

Wheelgear

 

 


 

Cadre à rivets et engrenages

III/ Bref, une fois le tissu posé, je me suis concentrée sur le cadre brut à rivets, et au grand nettoyage de l’engrenage. J’ai découvert les subtilités de la gomme, car il y en a (en carré, en aérographe, en pinceau, en crayon). C’est génial quand vous découvrez des fonctions comme ça. Alors j’ai gommé, gommé, j’en ai laissé pour donner cette impression d’usure, de poussière de charbon. Je ne pense pas que ce détail saute aux yeux, mais sait-on jamais, ne pensez pas que j’ai mal fait mon travail, sur ce point du moins. J'ai procédé de la même manière avec le mannequin. 

Wheelgear


 


IV/ Enfin, j’ai lu qu’il fallait mettre sa photo avec une petite bio afin d’humaniser un texte. Alors c’est parti pour mettre une photo de moi et j’ai revêtis l’habit bleu afin de jouer au plombier avec mes tuyaux. J’ai eu beaucoup d’idées sur cette dernière partie, notamment de la vapeur sortant des tuyaux qui m’a pris un temps fou pour rien. J’ai préféré ne pas la mettre, car le texte sur le fond à motifs est visible. Donc j’ai refermé les tuyaux entre eux par des petits joints qu’on ne voit pas si j’ai réussi mon coup. J’ai agrandi les tuyaux du haut et du bas pour la fumée à l’origine, je n’ai pas cherché à les supprimer, je trouve que c’est bien comme ça.

Wheelgear


 


Voilà donc pour la couverture. Beaucoup de patience et de plaisir, c’est vraiment ce qu’il faut retenir et j’espère que cela se voit. J’ai tenté de filmer avec mon téléphone (j’ai supprimé des applications pour avoir de la place^^) en cochant les calques terminés un à un, mais le rendu sur l’ordinateur était flou. Tout le WE, j’ai cherché le meilleur moyen de vous dévoiler la couverture comme sur la vidéo. Finalement, j’ai trouvé sur mon Mac comment enregistrer l’écran, puis j’ai ouvert « imovie », je me suis dit que c’était une bonne occasion de le tester. Il est drôlement limité, mais pour notre sujet c’était amplement suffisant. Quelques fondus, un peu de temps à synchroniser la musique (thématique de la nouvelle et du roman, vous l’entendrez à nouveau si vous continuez à me suivre, droits achetés pour l’utiliser) sur les calques, car il y a un rythme précis (j’aime bien me prendre la tête) enfin envoyer sur YouTube (pas le choix pour poster sur le blog)

(Cliquez pour agrandir. Attention sur mobile la qualité peut être basse) 

Ma couverture nouvelle mai 2016

Voilà vous savez tout ! J’ai commandé une impression test chez lulu.com si le résultat est comme sur l’écran alors ce sera la version finale. (ma photo et ma bio. me turlupinent niveau visibilité) À ce jour, je ne sais pas si en haut à gauche je citerai un blogueur qui a lu la nouvelle. Ce sera la surprise ! 

 

Sources des modèles :  Image 1(privé) Image 2 Image 3 Image 4 Image 5  Image 6 Image 7(privé)

Envoyez votre commentaire ou vos questions à livressedeslivres@gmail.com ! Vous pouvez aussi commenter la vidéo !