Bannière officielle février 2015

Article 1 : Vous avez dit "Steampunk" ?

 

 

 

"L’univers est riche de possibilités qui ébranlent nos certitudes et réveillent notre capacité d’étonnement. L’univers est multiple." 

Xavier Mauméjean

 

 

 

 

Aventures steampunks

Animal mécanique

Couleur sépia

Au XIXe siècle à Paris

Vous m’auriez parlé de « steampunk » il y a un an, je vous aurais observé d’un air légèrement désemparé ne sachant pas exactement de quoi il s’agissait. C’est un pur hasard que je m’y sois intéressé courant 2015 lors d’un appel à textes où il était demandé d’écrire une nouvelle dans le genre avec pour seule information, la définition sur Wikipédia. Je me suis vite rendu compte que j’avais une histoire en tête et qu’en approfondissant mes recherches ce que j’aimais regarder en films, série TV, BD, couvertures de livres même les costumes type cosplay étaient à différents degrés inspirés du steampunk. Ma bulle d’imagination s’est gonflée, gonflée, gonflée… je n’avais jamais ressenti pareille euphorie.

Je vous parle ici du genre de manière intime, lié à mon roman. Je ne prétends pas être spécialiste, je n’ai pas lu tous les textes traitant du sujet et je n’ai écouté pour tout vous dire que mon envie créatrice. Je ne donnerai pas tous les indices du style littéraire dont je me sers dans mon récit afin de vous laisser le plaisir de les découvrir mais je vais évoquer les codes les plus classiques.

Le XIXe siècle ! J’ai adoré l’étudier en Histoire des Arts, le mot « révolution » touche à tous les domaines que ce soit l’art, l’architecture, la santé, la technologie, les mentalités, la politique et toutes ces inventions… Pour rien au monde je n’aurais voulu y vivre mais écouter parler de cette époque c’est comme lire le meilleur roman de tous les temps. Le XIXe siècle connaît en effet une véritable explosion de l’évolution de la civilisation humaine et je ne suis pas étonnée que le genre steampunk cherche à figer l’Histoire avant/pendant ces profonds bouleversements. Il y a un fort désir de préserver ce monde couleur sépia et j’y vois personnellement un terrain propice à la dystopie.

Look steampunk

Lunettes lentille viseur avec lumière LED

Cela fascine comme ça effraie, la venue de l’électricité et du travail à la chaîne ont transformé notre manière de vivre, tout devient consommable et éphémère. Ainsi, nous sommes dans un courant de pensée contre la modernité telle que nous la connaissons aujourd’hui tout en gardant l’élégance et le luxe de l’ère victorienne avec ses corsets et chapeaux haut de forme.

 Toute machine réelle ou fictive marche alors à la vapeur, à l’opposé de la science-fiction pas de justification requise dans le steampunk sur comment cela fonctionne. Une création utilisant la vapeur, une décoration/un costume deviennent fonctionnels, pratiques. C’est la personnification de la technologie, des créations pratiques au contraire du consommable, on sublime les objets, on les décortique, les récrée. Ainsi, engrenages, rouages et boulons deviennent apparents pour montrer la valeur de l’artisanat. Oui un vaporiste est un artisan qui imagine l’impossible, allant même jusqu’à humaniser les animaux, les transformant dans un entre-deux de chairs et de métaux. Sans parler des automates, désir profond de donner l’illusion du vivant, du « nous » avant qu’il ne soit avalé par le monde de demain. Le steampunk peut très bien mettre en scène des gens qui ont réellement existé ou des personnages fictifs de la littérature du XIXe siècle, principalement les savants qui deviennent les protagonistes, ils sont parfois fous, sans limites ou bien des génies qui inventent un univers mécanique. J’ajouterais que les artistes représentent pour moi une place aussi essentielle, ils sont les témoins directs de notre Histoire, souvent peu reconnus de leur vivant ils dénoncent une réalité et nous transmettent des émotions d’un temps que nous n’avons pourtant pas connu. Peintre, écrivain, musicien… leurs œuvres reflètent les meilleurs livres d’histoire. Oui, le XIXe siècle réunit un certain nombre de talents incomparables à aujourd’hui dont le steampunk permet de redonner vie.     

Jules Verne

Machine à vapeur

Le steampunk dans mon petit roman est mêlé d’aventures, l’envie d’imaginer notre monde ancré à une période qui avait encore des limites humaines et d’en créer des nouvelles infinies, le vrai paradoxe. C’est un style androgyne où tous ont leur place, avec un pouvoir similaire pour une ère où les femmes par exemple n’avaient pas leur mot à dire.    

On parle de Jules Verne ou de H.G Wells comme maîtres d’inspiration du genre, à juste raison, ils voyaient si loin tout en critiquant de si près leur temps. Même Méliès à mon sens faisait déjà du steampunk, c’était un artisan qui composait, réalisait, construisait les décors, montait ses films à « trucs ». Il a donné naissance au cinéma imaginaire, repris largement par les Américains à Hollywood. J’ai un profond respect pour le travail de cet homme mort dans l’oubli et la pauvreté. Quand j’écris, j’ai en tête tout ceci. Une époque, le XIXe siècle couleur sépia, avec des machines à vapeur, des gentlemen et des femmes en costumes avec des accessoires transformés rendus utiles plus que décoratifs ; quelques toiles de fond victoriennes mais c’est avant tout de l’aventure vers l’impossible, avec des savants, des artistes réels ou non, des animaux mécaniques, des automates dont on cherche l’infime étincelle de vie. Je le répète, je ne suis pas spécialiste, certainement pas originale mais une amoureuse qui entend bien transmettre sa passion dévorante, son histoire Dans le Ventre de la Terre

Engrenages, rouages et boulons

"Je venais tout juste de faire quelques pas à l’intérieur que Léonard ferma derrière nous l’écoutille d'un coup de volant et alla se placer au gouvernail. La porte était blindée et autour du volant s’engageait dans un bruit métallique une myriade d’engrenages qui tournaient entre eux. L’accès vers l’extérieur était verrouillé.

            – Bienvenue à bord ! me lança-t-il.  "   

(Extrait inédit, non corrigé, 1er jet du roman Dans le Ventre de la Terre

 

Sources des Images : (chacune s'agrandit si vous cliquez dessus)

Image 1 Image 2 Image 3 Image 4 Image 5 Image 6 Image 7 Image 8 Image 9

Gif : Extrait du film Le Voyage dans la Lune écrit, produit et réalisé par Georges Méliès (1er septembre 1902 soit jour pour jour 81 ans avant ma naissance^^). 


En savoir plus ? (pour en citer juste un, celui que j'ai en ma possession et que je feuillette pas mal) : 

* La bible steampunk de Jeff Vandermeer 

Envoyez votre commentaire ou vos questions à livressedeslivres@gmail.com